Régionales 2015 : pourquoi je rejoins la liste Debout La Bretagne

David CabasPar David Cabas président de Entrez en Résistance.

Dans moins de cent jours auront lieu les élections régionales, une nouvelle échéance citoyenne pour organiser la résistance politique.

J’ai longtemps réfléchi : est-ce que je dois être présent dans une bataille politique où ma première famille politique ne sera pas présente ?

Puis suite à la crise grecque en juillet dernier, l’ancien ministre des Finances italien Stafano Fassina lança un appel vibrant à construire une large alliance de fronts de libération nationale contre la destruction programmée des pays d’Europe par les décisions anti-démocratiques de l’Union européenne.

Suite à cet appel, plusieurs événements politiques se sont produits en France. Nous avons d’abord eu la rencontre entre l’ancien ministre des Finances grec Yanis Varoufakis et l’ancien ministre de l’Economie français Arnaud Montebourg. Nous avons ensuite eu la rencontre entre le leader du parti gaulliste de droite Nicolas Dupont-Aignan et le leader de la mouvance gaulliste de gauche Jean-Pierre Chevènement. Le 27 septembre à l’Assemblée nationale était prévue une rencontre entre Jean-Pierre Chevènement, Nicolas Dupont-Aignan et Arnaud Montebourg, une rencontre à laquelle Jean-Luc Mélenchon était invité, lequel dans un sectarisme évident a refusé l’invitation mais a de son côté invité Jean-Pierre Chevènement à la fête de l’humanité où seront présents Jean-Luc Mélenchon et Yanis Varoufakis.

Suite au refus de Jean-Luc Mélenchon de rencontrer Nicolas Dupont-Aignan, je rappelle qu’aux heures les plus sombres qu’a traversées notre pays, des hommes de tout horizon politique se sont retrouvés au sein du Conseil national de la Résistance (CNR). Un Conseil qui donna naissance au beau programme des Jours heureux. Ce programme établi par des hommes de droite et de gauche organisa l’architecture sociale de notre pays à la sortie de la guerre, cette architecture que l’on s’acharne à détruire aujourd’hui. Souvenez-vous qu’en octobre 2007 Denis Kessler du Medef écrivait :

Le modèle social français est le pur produit du Conseil national de la Résistance. Un compromis entre gaullistes et communistes. Il est grand temps de le réformer, et le gouvernement [Il s’agissait du gouvernement Fillon] s’y emploie… Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance.

De ce point de vue, la position de Jean-Luc Mélenchon ne tient pas.

Au contraire, je pense que les élections régionales qui arrivent sont une très bonne occasion pour commencer à constituer dans notre pays un Front de libération nationale afin de mettre hors d’état de nuire le système politique et médiatique UMPS/FN.

Une candidature d’ouverture

Homme de gauche et homme inspiré par la doctrine sociale de l’Église, je désapprouve certaines positions de Nicolas Dupont-Aignan et de certains des militants de Debout la France, en particulier sur les questions de l’immigration. D’ailleurs, si Debout la France et Nicolas Dupont-Aignan envisagent un dialogue avec la rive gauche du souverainisme, ils doivent cesser toute surenchère avec Marine Le Pen et l’extrême droite. Ce chemin de division est sans issue.

Néanmoins, Debout la France et Debout la Bretagne regroupent une partie non négligeable de la France qui résiste, une partie de la France qui veut changer les règles du jeu.

Restant gaulliste de gauche, un homme libre et indépendant, j’ai décidé de rejoindre ce front de résistance à travers la liste : Debout La Bretagne.

Auprès de mes colistiers, je continuerai à défendre les convictions qui m’animent à travers notre alternative anti-crise et anti-austérité avec l’audit de la dette publique, la réforme bancaire et le crédit public. Je reste convaincu qu’aucun programme politique digne de ce nom ne pourra être appliqué si notre pays ne sort pas de l’occupation financière et bancaire qui pille et paralyse la France.

Ma formation politique locale « Entrez en Résistance » défendra un programme audacieux et ambitieux, un programme digne du gaullisme d’aujourd’hui, un programme afin d’apporter de l’eau au moulin du débat sur l’avenir de notre région, la Bretagne.
 

Facebooktwittergoogle_plus